Les interviews des féminines : Auriane Mejdi , 17 ans

12 Dec 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le rugby me défoule, il m’éloigne de la pression du bac. C’est un bon sport pour l’esprit d’équipe" 

 

J’aimerais être…. Commerciale dans les assurances ou journaliste

 

Auriane le dit elle-même, le rugby est une évidence. Voilà des lustres que la tribu Mejdi le cultive. Son oncle, ses cousines ont évolué à Gennevilliers, son père, fut  joueur du club de La Courneuve, avant de rallier celui de Drancy. Dans ses pas, le frère d’Auriane, Thomas passé entre autre par le Racing avant de rentrer au bercail, Drancy ! Et l’histoire continue. Aujourd’hui, la petite dernière chausse à son tour les crampons ! Sensible aux luttes féminines, à l’égalité des droits, Auriane vit une année charnière, avec le bac en ligne de mire. Pour l’adolescente, tout est affaire d’engagement, particulièrement sur un terrain. « Les matchs nous rapprochent toutes, parce qu’ils nous obligent à combattre collectivement. On devient un groupe, c’est bénéfique.  Si seule on va plus vite, ensemble on va plus loin. Je viens d’une famille de rugby, pourtant mes grands-parents m’ont dit un jour : tu vas devenir un garçon, tu seras musclée de partout ! Pas forcément. On ne se rentre pas dedans constamment . Il existe d’autres alternatives et puis jouer n’empêche pas de rester féminine ! Je l’ai compris aussi en rencontrant la joueuse internationale Romane Ménager. Sur le terrain c’est une vraie guerrière. Elle sait faire la part des choses et prouve que le rugby va bien aux filles. Qu’elles peuvent être parfois meilleures que les garçons. Elle m’impressionne ».

 

 

 

J'aime
Please reload

Posts à l'affiche

Informations COVID-19

March 13, 2020

1/10
Please reload

Catégories